La méthode SCOS : une démarche rigoureuse et structurante.

Régler la focale

    Il faut veiller tout particulièrement à:

  • définir précisément la « focale » de l’analyse, c’est-à-dire le niveau stratégique du projet ou du système en fonction des enjeux et des objectifs;
  • ajuster les outils de modélisation à la focale choisie.
  • A la focale retenue, les fonctions sont réputées décomposables en processus connus et modélisables en termes de moyens, de coûts et de contribution aux valeurs.

Rechercher les bons modèles

    Si les modélisations disponibles sont insatisfaisantes ou incomplètes:

  • les fonctions et processus qui entament la robustesse du modèle seront facilement identifiables, et donc les risques évaluables;
  • les incertitudes peuvent être trop grandes, ou la maturité du projet insuffisante.
  • Alors il pourra être nécessaire de conduire des investigations complémentaires ou d’approfondir la modélisation de la fonction ou du processus concerné, voire de changer de focale.

Veiller à la lisibilité de la démarche

La lisibilité de la démarche – autant dire l’intérêt de la méthode – est conditionnée par la taille des matrices manipulées.
En première instance, il est conseillé de limiter à dix le nombre de parties prenantes : mais c’est déjà beaucoup !
Ici encore, si on ne peut pas y parvenir, c’est que le niveau d’attaque du projet ou du système n’est pas en rapport avec les enjeux et qu’il faudra modifier la focale.