La Commission Européenne a formalisé un arsenal d’outils « d’évaluation ».
Nous nous appuyons sur ces outils, et nous les adaptons au cas par cas, aussi bien dans le domaine de l’action publique que pour le pilotage de programmes et projets industriels.

evaluation_1_3

Les indicateurs permettent d’évaluer les actions et le programme en termes :

  • d’efficience : le rapport (ratio) entre les réalisations, résultats et/ou impacts et les ressources mobilisées pour y parvenir (notamment les moyens financiers).
  • d’efficacité : le rapport entre ce qui a été fait et ce qui était initialement prévu.
  • de pertinence et de cohérence : le rapport entre le programme, les actions et le problème à résoudre.

Déterminer la pertinence d’un programme, c’est dire s’il constitue (avec le modèle explicatif sous-jacent) l’instrument adapté pour résoudre le problème.

Ce modèle peut être appliqué de façon itérative aux différentes échelles de programmation et d’action ; autrement dit : selon le point de vue que l’on adopte, les résultats d’un programme peuvent constituer les réalisations d’un programme « englobant », et ainsi de suite.

Schéma synthétique du processus d’évaluation

(Cliquez sur les flèches à droite et à gauche pour faire défiler la présentation)

Impossible de lancer ce diaporama. Raffraîchissez la page… ou essayez un autre navigateur.

Deux points à souligner :

  • cette représentation constitue d’abord un guide de travail à adapter à chaque situation singulière et, notamment, à la focale et au périmètre retenus pour l’évaluation ;
  • dans ce processus, l’établissement du référentiel d’évaluation (la fraction du schéma en couleur verte) constitue l’étape majeure et stratégique ; cette étape requiert l’accord des parties prenantes du programme.

… Où l’on voit que l’évaluation a à voir avec la valeur, les systèmes et la complexité

Le référentiel d’évaluation comprend :

  1. l’Arbre des Objectifs (AO),
    • les objectifs opérationnels de réalisation et de résultat du programme
    • et les dispositifs ou actions qui contribuent à ces objectifs
  2. le sociogramme des parties prenantes,
    • les différents acteurs qui contribuent et/ou participent au programme
    • leurs champs d’action, de responsabilité et d’interaction respectifs
    • les dispositifs sur lesquels ils s’appuient ;
  3. le Diagramme Logique des Impacts (DLI),
    • les effets (résultats et impacts) attendus, observés et imprévus
    • et les rapportant aux dispositifs et actions ;
  4. les indicateurs et critères qui seront utilisés pour former un jugement et attribuer une valeur.

Le référentiel doit ainsi permettre de savoir :

  • « qui veut quoi »
  • « qui fait quoi »
  • « quoi rechercher »
  • « auprès de qui »
  • « avec quel outil de mesure »

Il fonde la légitimité et la robustesse
de l’évaluation, et constitue
la feuille de route
du « chargé d’évaluation ».